Être ou ne pas être ce que l'on mange

Bonne année 2017!  Je vous souhaite la santé, mais surtout le plaisir de manger.  L’acte alimentaire, c’est une répétition de repas/collations… Donc mieux vaut apprécier chaque bouchée!


Pour ce premier billet de 2017, je m’attarde aux résolutions prises en ce début d’année.

Cette année, je promets que… je vais perdre 20 lbs, que je ne mangerai plus de chocolat, que j’éviterai la restauration rapide, etc. Ouf! C’est le genre de propos que j’entends régulièrement dans mon entourage. Bien que ces résolutions naissent souvent d’un désir sincère de changements, je vous avoue que cela m’agace…  


Premièrement, la majorité des résolutions ont une connotations négatives : pas, éliminer, éviter,…  Le cerveau est beaucoup moins habile à jongler avec une recommandation négative qu’avec un propos sous forme positive.  Résultat : inconsciemment certaines de nos résolutions sont presque vouée à l’échec.


Deuxièmement, il est sain de se fixer des objectifs de vie afin de se donner un défi pour sa santé.  Toutefois, assurez-vous que vos objectifs soient réalistes.  Prenons, une personne qui désire perdre du poids, souvent elle se fixe l’objectif de perdre en une année le poids accumulé depuis 5 ou 10 ans.  C’est tout un contrat!


Voici comment élaborer des objectifs équilibrés :

*fixez-vous 1 à 2 objectifs à réaliser dans un mois.

*visez plus petit que trop grand

*visez une action positive


Exemple :  

☹  Je ne mangerai plus de desserts

(objectif peu précis et négatif)


☺   Je m’accorde 2 desserts sucrés par semaine  

(objectif non restrictif et positif)